Le budget américain pour 2018 : des coupes drastiques et dangereuses pour l’environnement

Des villageois puisent de l'eau avec une pompe communale à Faloumbou, Sénégal (Photo: Rebecca Blackwell / Oxfam)
22/03/2017

L'administration Trump a dévoilé la semaine dernière les grandes orientations d'un projet de budget pour l'année 2018 qui appelle à la vigilance.

Les grandes lignes du budget 2018 de l’administration Trump publiées par la Maison Blanche jeudi dernier ont de quoi nous alarmer. Tristement baptisé « America First », il réaffirme les priorités du Président Trump en attribuant une hausse de 52 milliards du budget du Ministère de la Défense au détriment des programmes fédéraux de recherche scientifique, de protection de l'environnement et d’aide au développement.

Après la nomination du climato-sceptique Scott Pruitt à la tête de l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) en décembre dernier, le Président Trump reste fidèle à ses engagements de campagne et refuse de reconnaître l’urgence climatique que l’humanité devra affronter dans les cinquante prochaines années et que les populations les plus vulnérables subissent déjà au quotidien. Son budget prévisionnel promet ainsi des coupes à hauteur de 31% dans le budget de l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA,) et la fin de la participation américaine au Fonds vert de l’ONU pour le climat (Green Climate Fund). L’administration précédente n’avait versé qu’1 milliard de dollars sur les trois que le Président Obama avait promis fin 2014.

Par ailleurs, ce budget 2018 prévoit une réduction d’un tiers de l’aide publique au développement qu’une coupe spectaculaire de 650 millions de dollars sur trois ans des contributions aux banques de développement, dont la Banque mondiale. Un tel désengagement des Etats-Unis dans l’aide publique au développement est injustifiable alors qu’un million de Syrien-ne-s exilé-e-s de guerre sont en attente d’assistance et que 20 millions de personnes sont menacées par une famine au Nigéria, Somalie, Sud Soudan et Yémen.

Le budget esquissé par la Maison Blanche doit maintenant passer devant le Congrès avant d’être entériné définitivement d’ici octobre prochain. Les élus américains devront se battre pour défendre le budget d’aide internationale afin de poursuivre des politiques publiques essentielles (santé, éducation, lutte contre le changement climatique, agriculture etc. ) et de ne pas abandonner des populations fragiles.