Le One Planet Summit, une opportunité pour la justice climatique

06/12/2017

La Conférence internationale sur le climat (COP 23) s’est clôturée le 17 novembre dernier sur une note décevante : les pays riches ont fait l’impasse sur le soutien aux pays les plus vulnérables. Le One Planet Summit qui se tient ce 12 décembre à Paris, leur offre à tous, et notamment à la France, une séance de rattrapage.

L’année 2017 aura été riche en événements autour du climat, avec des hauts, des bas, mais aussi une constante : la mobilisation inentamée des citoyens pour la justice climatique. Alors que l’année se termine sur deux rendez-vous importants, la COP 23 et le One Planet Summit – à l’initiative d’Emmanuel Macron, Oxfam est déterminée à faire de cette opportunité, un temps fort pour la justice climatique.

La multiplication des sécheresses et famines, l’intensification de phénomènes extrêmes, tels que l’ouragan Irma, rappellent qu’il est urgent d’agir. Sans action ambitieuse, l’impact humain du changement climatique serait lourd : 100 millions de personnes pourraient basculer dans l’extrême pauvreté d’ici 2030 tandis qu’à long terme, la montée du niveau des mers pourrait entraîner la submersion de terres où vivent actuellement 280 millions de personnes [1].

Pas un euro de plus pour les énergies du passé

 

C’est dans ce cadre, exactement deux ans après la COP 21 à Paris, qu’Emmanuel Macron organise le One Planet Summit  ce 12 décembre 2017 : un sommet  où « il sera question de la manière dont les acteurs engagés dans la finance publique et privée peuvent innover pour soutenir et accélérer notre lutte commune contre le changement climatique » [2]. En organisant ce Sommet, le Président français veut témoigner de sa stature internationale sur les questions climatiques et fédérer leaders internationaux et citoyens engagés pour apporter des réponses concrètes à la crise climatique.

Il est en effet indispensable que le One Planet Summit aboutisse à des avancées et ne soit pas un nouvel acte dans la communication présidentielle. Conformément à l'objectif de limiter le réchauffement de la planète en-dessous des 1,5 °C inscrit dans l’Accord de Paris de 2015, il est nécessaire de laisser 80 % des énergies fossiles dans le sol. Pour cela, pas un euro de plus ne doit aller vers les énergies fossiles, et les pays développés, responsables historiques du changement climatique doivent ainsi accélérer leur transition énergétique vers les énergies renouvelables. Ils doivent également assumer leur responsabilité et aider financièrement les pays les plus pauvres à s’adapter au changement climatique. Nos regards seront particulièrement tournés vers Emmanuel Macron, auprès duquel nous avons formulé des propositions concrètes !

Trois demandes pour la justice climatique 

Aujourd’hui, la moitié la plus pauvre de la population mondiale produit 10 % du CO2 lié aux modes de consommation. Les 10 % les plus riches sont responsables quant à eux de près de la moitié des émissions liées au mode de consommation [3].

Face ces inégalités d’émissions extrêmes, et devant l’injustice de voir des millions de personnes subir les effets du changement climatique sans en être responsables, Oxfam se mobilise pour la justice climatique. Au niveau français, nous demandons à Emmanuel Macron de rectifier le tir et d’annoncer une augmentation des financements pour les pays les plus pauvres, à travers trois demandes.

Le financement de l’adaptation des pays les plus pauvres au changement climatique

Les financements climat internationaux sont essentiels. Ils offrent aux pays les plus pauvres, qui peinent à affronter les effets du changement climatique, des ressources pour se doter d’outils pour s’adapter et être résilients face au changement climatique : systèmes d’alertes précoces face aux dangers météorologiques et climatiques, plans d’urgence, mécanismes d’irrigation, construction de digues, etc. Ces financements permettent aussi d’accompagner les pays pauvres dans leur développement bas carbone. Contrairement à leur engagement de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, les pays riches sont loin du compte et des dizaines de milliards de dollars manquent encore à l’appel. Une remobilisation politique est indispensable !

Oxfam France attend d’Emmanuel Macron qu’il annonce au One Planet Summit le doublement des financements français pour l’adaptation afin d’atteindre 2,4 milliards d’euros d’ici 2022.

L’exemplarité de la France sur les projets  qu’elle finance

Emmanuel Macron a mentionné dans plusieurs discours récents l’importance des financements pour l'adaptation au changement climatique et le rôle-clé des énergies renouvelables pour le climat. Pourtant, aujourd’hui encore, les politiques des acteurs publics français, et en particulier l'Agence française de développement (AFD) et sa filiale Proparco, sont loin d'être véritablement exemplaires. L'AFD continue de consacrer 8 % de ses financements dans le secteur énergétique à des projets d’énergie fossile [3] et les projets qu'elle soutient ne bénéficient pas suffisamment aux pays les plus pauvres. Emmanuel Macron a l'opportunité d'inverser la donne au One Planet Summit.

Oxfam France attend d’Emmanuel Macron qu’il engage sa responsabilité et s’assure qu’aucun acteur public ou semi-public français, notamment l’AFD, ne consacre un seul euro pour des projets en lien avec des énergies fossiles, et que cet argent soit redirigé spécifiquement vers des projets d’énergies renouvelables.

La mise en place de l’accord sur la taxe européenne sur les transactions financières (TTF)

La taxe sur les transactions financières (TTF) européenne fait l’objet d’une coopération de plusieurs Etats européens, dont la France, depuis 2012 mais alors que sa conclusion pourrait être imminente, Emmanuel Macron joue la montre et reprend les arguments fallacieux du secteur financier pour bloquer la création effective de cette taxe [4].

La TTF européenne est pourtant un outil idéal : elle permettrait de réguler les activités financières les plus spéculatives et nocives tout en dégageant près de 22 milliards d’euros chaque année, qui pourraient être dédiés au climat et à la solidarité internationale. Instaurer une TTF au niveau européen sous impulsion française donnerait un signal fort car, en tant que financement public, elle pourrait directement profiter à l’adaptation des pays les plus pauvres au changement climatique.

Oxfam France attend d’Emmanuel Macron, par le biais de son ministre des Finances Bruno Le Maire, qu’il prenne ce dossier en mains, porte la TTF lors des prochaines réunions des ministres européens des finances et conclue un accord au cours du premier trimestre 2018.

 Un rendez-vous pour se mobiliser, pour la justice climatique

Ce mardi12 décembre, le One Planet Summit, donne l’opportunité aux leaders politiques de se montrer à la hauteur des enjeux sur le climat et la solidarité internationale.  

Les citoyen.ne.s seront aussi au rendez-vous avec une série d’événements organisés en parallèle : Oxfam, aux côtés de nombreuses organisations telles que 350 France, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Care, la Fondation Nicolas Hulot, le Réseau Action climat, prendra part à  la large mobilisation mardi 12 décembre au matin.

Pour faire entendre nos demandes pour la justice climatique, rejoignez-nous  pour dire à Emmanuel Macron et au Gouvernement que nous attendons des actes concrets pour la justice climatique !

Rejoignez la mobilisation en vous inscrivant sur le site : http://pasuneurodeplus.info

Infos complementaires: 

[1]Rapport d’Oxfam, octobre 2017 – « Déracinés par le changement climatique »

[2]Site web One Planet Summit

[3] Rapport d’Oxfam, décembre 2015 – « Inégalités extrêmes et émissions de CO2 »

[4]Rapport d’Oxfam France, octobre 2017 - « Des énergies renouvelables pour lutter contre la pauvreté » et son communiqué de presse.