Faire face ensemble aux catastrophes naturelles

Camp de Balhukali au Bangladesh. Photo: Aurélie Marrier d'Unienville
Camp de Balhukali au Bangladesh. Photo: Aurélie Marrier d'Unienville
21/09/2017

Les catastrophes naturelles sont aujourd'hui en augmentation, tant dans leurs fréquences que dans leurs intensités. Les ouragans tels que Matthew, Irma, les séismes comme au Népal ou au Mexique, la sécheresse qui sévit aujourd'hui en Afrique, frappent de plein fouêt les populations les plus pauvres. Face à cette augmentation, en partie dûe au réchauffement climatique, les équipes d'Oxfam se tiennent constament prêtes à intervenir, le plus rapidement et efficacement possible.

Des catastrophes qui touchent plus durement les plus pauvres

Depuis le début de l’année 2017, de violentes catastropes climatiques s’enchaînent :

  • Une sécheresse anormalement longue en Afrique ayant aggravé des situations de faim. Plus de 20 millions de personnes sont aujourd'hui menacées par la famine dans ces régions.
  • L'ouragan Irma d’une puissance exceptionnelle dans les Caraïbes a touché des pays comme Haïti, la République Dominicaine ou encore Cuba.
  • Des moussons meurtrières ont impacté 43 millions de personnes et ont coûté la vie à 1 200 personnes en août 2017, au Bangladesh, en Inde et au Népal. 

D’autres phénomènes naturels se produisent également, comme le tremblement de terre survenu au Mexique le 20 septembre dernier et touchant là encore plus durement les personnes les plus pauvres.

Ces catastrophes mettent des vies en jeu, détruisent les habitations et les récoltes, les logements et les accès à l’eau potable. En conséquence, des millions de personnes, parmi les plus vulnérables, s'en trouvent encore plus appauvries.

Une capacité d'intervention immédiate, avec votre soutien

A Oxfam, nous sommes prêts à intervenir : nous sommes présents dans plus de 90 pays et nous avons la capacité de transformer nos programmes existants sur place en réponse humanitaire d’urgence, lorsqu'une catastrophe survient.

  • Dans les heures qui suivent une crise, nous évaluons les dégâts et les besoins les plus immédiats.
  • En général, nous fournissons très rapidement de l’eau aux victimes touchées par la catastrophe.
  • Nous pouvons également faire venir sur place du matériel de nos entrepôts. Il s’agit notamment des seaux pour l’eau ainsi que des citernes et des toilettes en kit, faciles à transporter par avion et prêts à être monter. Nous fournissons également des kits d’hygiène d’urgence avec notamment de la chlorine pour rendre l’eau potable, ainsi que du savon. Avec tout ce matériel, nous permettons aux gens de boire, parce que c’est vital, mais aussi de se préserver des maladies comme le choléra qui peuvent, dans de tels contextes, se propager très rapidement et alourdir encore le coût humain.
  • Ensuite, nous adaptons notre réponse en fonction des besoins et des autres associations présentes : nous pouvons apporter des abris provisoires, de la nourriture, des vêtements, etc.

Pour pouvoir intervenir dans les heures qui suivent une catastrophe, nous avons besoin d’avoir des financements immédiatement disponibles. Ainsi, nous avons mis en place un fond d’urgence, afin de le mobiliser à tout moment et sauver des vies. Vous aussi, par votre don, vous pouvez contribuez à ce fonds dès aujourd’hui, pour éviter le pire demain

Se renforcer face aux catastrophes à venir

Bien sûr, nous n’en restons pas là. Passé le temps de l'urgence, nous aidons les communautés à se reconstruire. Nous travaillons pour que les personnes touchées par les catastrophes naturelles puissent se remettre à cultiver ou acheter de quoi se nourrir et assurer leur survie et celle de leur famille. Nous les aidons à sortir durablement de la pauvreté.

Nous nous efforçons par ailleurs de réduire les risques de catastrophes et leurs conséquences sur les populations pauvres en soutenant des programmes de développement à long terme. 

Pour aider durablement les populations les plus pauvres à faire face à ces catastrophes naturelles, aujourd'hui mais aussi celles à venir, des financements importants et durables sont nécessaire pour leur permettre de s'adapter aux conséquences du changement climatique. Nous le défendons auprès des responsables politiques, grâce à la mobilisation du plus grand nombre.

Intervenir dès aujourd'hui et déjà construire demain et les années à venir, telle est la vision qui porte toutes nos actions. Cela est possible grâce à votre soutien.

Actions menées à Cuba suite au passage de l’ouragan Irma en septembre 2017

A Baracoa, une ville frappée par l’ouragan Matthew fin 2016, il y a eu des pluies intenses et le littoral a été érodé par la mer. Les impacts sur l'agriculture sont importants et notre équipe évalue les besoins les plus urgents avec la population.

Las Tunas a été frappé par de forts vents et des pluies persistantes et intenses. Camaguey a également été touchée - en particulier la municipalité de Nuevitas. De nombreuses plantations de bananes et de plantains auraient été détruites. Les gens de La Havane ont subi des inondations, des vents forts et une perte de pouvoir.

En termes de dégâts matériels, les ouragans Sandy (2012) et Matthew (2016) sont considérés - après Ike (2008) - les cyclones les plus dévastateurs des 11 dernières années à Cuba. Ainsi, depuis le passage des ouragans Sandy et Matthew, la réponse humanitaire d'Oxfam à Cuba a permis à plus de 5 000 personnes de bénéficier de toits totalement et partiellement réhabilités avec une approche de gestion et de réduction des risques. Plus de 8 000 kits de base (hygiène, cuisson) et plus de 7 000 réservoirs d'eau ont été distribués.

Actions menées par Oxfam en Asie du Sud Est suite aux inondations de 2017

En 2017, en Asie du Sud, 43 millions de personnes ont été frappés par les pluies de mousson et les importantes inondations qui, à certains endroits, n’ont jamais été aussi alarmantes au cours des trente dernières années.

En collaboration avec les communautés et les partenaires locaux, nous avons déjà fourni de l’eau potable, des denrées alimentaires, des abris d’urgence, du savon et d’autres produits d’hygiène à 186 000 victimes des inondations. Notre objectif principal est de les aider à enrayer la propagation de maladies liées à l’eau. Nous avons également distribué de l’argent liquide pour que la population puisse s’acheter des biens de première nécessité tout en soutenant les marchés locaux qui existent encore.

En Inde, nous avons distribué des matériaux pour la construction de logements afin de protéger la population des aléas climatiques, nous avons nettoyé les sources d’eau et distribué 300 000 sachets de chlore pour rendre l’eau potable.

Au Népal, nous avons effectué des transferts monétaires pour permettre l’achat en urgence de biens de première nécessité, de kits d’hygiène pour éloigner le risque de maladies liées à l’eau, de matériaux pour la construction d’abris et de denrées alimentaires.

Anjil Adhikari, coordinateur local pour le programme d'Oxfam de réponse aux inondations, apportant des denrées alimentaires aux villageois de Chattauli, au Népal. Photo: BWSN

Au Bangladesh, nous avons fourni à la population de l’eau potable et distribué de l’argent liquide.