Tremblement de terre au Népal

A Katmandou, des habitants dans une rue, entre les décombres de maisons effondrées.
A Katmandou, des habitants dans une rue, entre les décombres de maisons effondrées.Photo : Pablo Tosco
24/07/2015

Samedi 25 avril, un grave tremblement de terre a frappé le centre du Népal. Il a été suivi le 12 mai d’un deuxième séisme dans l’est du pays. Plus de 8 600 personnes ont trouvé la mort et près de 21 000 autres ont été blessées, selon le ministère des affaires intérieures népalais. D'après les Nations unies, 8 millions de personnes (soit plus d'une personne sur quatre) ont été touchées par cette catastrophe. 750 000 habitations ont été détruites ou endommagées.

Oxfam est présente au Népal depuis les années 1980 et y travaille sur les droits des femmes et des minorités, ainsi que sur la gestion des risques de catastrophe. Dès les premières heures de l’urgence le 25 avril, et à nouveau le 12 mai, nos équipes sur place ont évalué les besoins humanitaires et participé aux premiers secours.

Grâce à votre soutien, nous avons pu venir en aide à 360 000 personnes en trois mois.

Contexte

D'une magnitude de 7,8, le tremblement de terre du 25 avril est le pire qui ait frappé le Népal en près d'un siècle. Plus de 105 répliques ont été ressenties, dont certaines jusqu'en Inde et au Bangladesh. La situation est particulièrement critique dans les zones rurales proches de l'épicentre, où 90% de la population a perdu son logement, ses moyens de subsistance et n'a aucun moyen de se procurer de la nourriture. Les routes endommagées ou bloquées par des éboulements, la pénurie de fuel et la congestion dans le seul aéroport du pays rendent l'acheminement de l'aide difficile.

La mousson arrive à grands pas au Népal. En trois mois, le pays recevra 80% de ses précipitations annuelles. Avant cette saison de mousson, il faut absolument fournir abris et équipements sanitaires décents aux personnes qui ont survécu aux séismes.

Les fortes pluies pourraient accroître la misère et la menace de maladies pour les dizaines de milliers de personnes vivant à l’extérieur dans des camps de fortune. Oxfam a d’ores et déjà envoyé des équipes pour répondre à des cas supposés de diarrhée et de grippe.

Les denrées alimentaires viennent à manquer. Plus d’1,4 million de personnes auraient besoin d’assistance alimentaire. De nombreux magasins et marchés restent fermés. Dans certaines régions isolées, le manque de nourriture est aigu et de nombreux agriculteurs – qui forment la majorité de la population – ont perdu leurs semences pour la saison prochaine.

Que fait Oxfam ?

Au 25 juillet 2015, Oxfam avait porté assistance à plus de 360 000 personnes à qui nous avons procuré de l’eau potable, des kits d’hygiène, des toilettes temporaires, des paniers de nourriture, des semences pour les agriculteurs ou des abris. Nous travaillons actuellement dans sept des districts les plus touchés par le séisme (Kathmandu, Lalitpur, Bhaktapur, Gorkha, Sindhupalchwok, Nuwakot et Dhading) .

Le Népal est l'un des pays les plus pauvres au monde ; il ne peut pas faire face à cette crise par ses seuls moyens. Notre réponse aux conséquences des séismes s'étalera donc sur au moins trois ans.