Vers une gestion participative de l’eau en Jordanie

28/03/2018

En Jordanie, un dialogue direct entre les administrations publiques et les citoyen-ne-s n’est pas habituel. Le rôle de la société civile suscite en outre un certain scepticisme.

Oxfam essaie de changer cette dynamique. Dans le cadre des groupes communautaires de gestion de l’eau mis en place par l’organisation, des habitant-e-s du district de Salt rencontrent le service des eaux jordanien. Les citoyennes et citoyens peuvent désormais collaborer librement avec l’administration publique, faire part de leurs demandes et, ensemble, s’efforcer d’améliorer la gouvernance de l’eau et l’accès à cette ressource essentielle dans leur ville. 

 

Réunion d’un groupe communautaire de gestion de l’eau à Allan, dans le district de Salt. Photo : Alixandra Buck/Oxfam

La croissance rapide de la population, le relief montagneux et le manque d’entretien ont souvent entravé l’accès à l’eau dans la ville d’Allan. Des habitant-e-s, dont Abir Suleiman Mrooj et Buthaina Al-Zubi, ont signalé ces problèmes à Majde Algharagher, le directeur du service des eaux dans le district de Salt. Celui-ci a, à son tour, pu convaincre le service d’effectuer d’importants travaux d’amélioration du réseau de distribution local, d’une valeur estimée à plus de 150 000 dinars (environ 170 000 euros). Les fuites d’eau ont à présent considérablement diminué à Allan, et de nouvelles améliorations devraient réduire encore les pertes. 

C’est un enjeu particulièrement important en Jordanie, l’un des pays les plus arides au monde. La consommation d’eau dépasse largement le taux de renouvellement, et les fuites, les ruptures de conduites et les interruptions de l’alimentation en eau arrivent encore trop souvent, ce qui témoigne du besoin d’opérer des changements systémiques aux niveaux des infrastructures d’eau, de la gouvernance et des habitudes de consommation.

Majde Algharagher a vite pris conscience des problèmes qui se posaient : « La population a fortement augmenté en Jordanie. La quantité d’eau disponible par personne est donc réduite, explique-t-il à Oxfam. Nous sommes également confrontés à des pompages illégaux, ce qui contribue à limiter encore l’approvisionnement en eau. »

Les pertes dues à des problèmes tels que les fuites représentent plus de 40 % de l’eau circulant dans le réseau de distribution jordanien [USAiD].

Majde Algharagher, directeur du Service des eaux dans le district de Salt, en discussion avec des habitant-e-s.
Photo : Alixandra Buck/Oxfam

« La vue de cette eau gaspillée partout dans les rues nous faisait mal, d’autant plus que nous nous efforcions d’économiser l’eau à la maison, raconte à Oxfam Abir Suleiman Mrooj, d’Allan. Alors au début, nous étions comme un essaim d’abeilles autour de M. Algharagher, revenant sans cesse à la charge jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée pour chacun des problèmes. »

La collaboration avec la population a permis au service des eaux de localiser les fuites et d’y mettre fin plus facilement. « Maintenant que je fais partie du groupe de gestion de l’eau, les gens peuvent directement me contacter par téléphone, se félicite Majde Algharagher. Avant ils devaient venir au bureau ou appeler le ministère, et les démarches pouvaient être longues avant de pouvoir me parler. Nous avons également un groupe Whatsapp, afin qu’on puisse m’envoyer la photo d’une canalisation endommagée ou de tout autre problème, et je peux donner suite. Je peux immédiatement envoyer du personnel d’entretien pour effectuer la réparation. L’intervention est plus facile et plus rapide qu’avant. »

« Nous, des femmes au foyer, avons pu faire quelque chose pour la collectivité, se réjouit Abir Suleiman Mrooj. Le service des eaux m’a entendue et, à travers moi, a entendu beaucoup d’autres personnes en Jordanie. Nous sommes très fières d’avoir pu contribuer et influencer notre communauté et l’État. »

Cependant, tout n’est pas parfait : « Maintenant, mon eau est correcte. Mais honnêtement, d’autres localités ont encore des difficultés. »

Abir Suleiman Mrooj, ambassadrice de l’eau du district de Salt, en Jordanie. Photo : Alixandra Buck/Oxfam

Avec le soutien d’Affaires mondiales Canada, Oxfam s’efforce d’améliorer la gouvernance de l’eau en collaboration avec des membres de la population, des organisations partenaires et l’administration jordanienne. Nous voulons faire en sorte que davantage de Jordaniennes et Jordaniens puissent satisfaire leurs besoins essentiels en eau et participer aux décisions aux niveaux local et national.