Rencontrez Thailla, militante pour l’égalité au Brésil

17/02/2017

-

Malgré sa considérable croissance économique, le Brésil reste l’un des pays les plus inégalitaires au monde, où le 1% de la population détient près de la moitié des richesses. Ces inégalités sont particulièrement frappantes dans le domaine de l’éducation.

Alors que les enfants issus de familles pauvres sont scolarisés dans des écoles publiques délabrées où les résultats scolaires et les perspectives de carrière sont faibles, les enfants des familles plus riches bénéficient d'une éducation de meilleure qualité, dans des écoles privées coûteuses qui offrent une porte d’entrée dans l'enseignement universitaire et un emploi rémunéré.

Face à cette situation, de nombreux militants et activistes, soutenus par des associations comme Oxfam, se battent pour inverser la tendance et permettre à tous les jeunes brésiliens d’avoir un accès égal à l’éducation.

Thailla est une jeune fille, membre du mouvement étudiant militant de Sapopemba, un quartier pauvre de l’est de São Paulo. En 2015, lors de sa dernière année de lycée, elle a participé à des sit-in pour s’opposer au projet du gouvernement de son état de fermer 94 écoles de la région, dont la sienne, et d’envoyer les élèves dans des écoles surpeuplées loin de chez eux. Grâce à ces efforts, ce projet a finalement été abandonné par le gouvernement.

Depuis ces manifestations de 2015, le gouvernement brésilien a adopté en décembre 2016 un plan de gel des dépenses publiques (notamment en matière d’éducation) sur 20 ans. Selon les estimations, cela se traduirait par une réduction globale des dépenses d’éducation de 8 à 10 milliards de dollars dans les 10 prochaines années. Cette mesure risque donc d’accroitre les inégalités et les disparités en matière d’éducation au Brésil. Thailla et les autres étudiants militants, avec le soutien d’Oxfam, continuent leur combat contre les inégalités en s'opposant et en manifestant contre cette mesure.

Comme nous le dit Thailla « Le mouvement étudiant signifie beaucoup pour moi. Il m'a permis de comprendre l'importance de l'éducation. Je pense que l'éducation est la source du savoir. C'est là que je tire mes connaissances, c'est là que je peux faire la révolution, c'est là que je peux faire la différence. Et je peux exiger des droits qui me sont niés parce que j’en ai connaissance ».

Aidez Thailla à lutter contre les inégalités et à construire une économie centrée sur l’humain, au service du plus grand nombre.   

Demandez à nos futurs dirigeants de s’engager pour une France solidaire dans le monde.