2011 - 2015 : 5 ans d’actions avec vous : des résultats pour un monde plus solidaire !

19/10/2015

En février 2011, nous avons lancé avec nos partenaires la campagne "Taxe Robin des bois" pour demander la mise en place d'une taxe sur les transactions financières dont les revenus financeraient la lutte contre la pauvreté et les dérèglements climatiques dont les pays en développement sont les premières victimes.
Il s'agissait aussi de faire payer le secteur financier responsable de la crise économique.

Nous continuons depuis lors notre travail d’information et de pression sur les responsables politiques, avec le soutien de notre réseau de donateurs, donatrices et sympathisant-e-s et nous obtenons des victoires !

En novembre 2011, le sommet du G20, réunissant les vingt pays les plus riches se tenait en France et nous voulions que cette idée de taxe y soit débattue. Ainsi, l'année 2011 a été rythmée de conférences débats, d'actions de rue, de rencontres avec les décideurs au niveau français et européen, d'articles dans les médias, remise d'une pétition signée par 500 000 personnes au Président de la République.

A l'été 2012, suite à 18 mois de campagne, la France a effectivement mis en place une taxe sur les transactions financières.

Mais nous avons continué notre action. En 2015, nous avons remis une pétition réunissant 1,1 million de soutiens en faveur d'une taxe solidaire sur les transactions financières à François Hollande.

Grâce à notre expertise et au soutien de notre réseau, depuis octobre de cette année, l’Assemblée nationale française a élargi cette taxe aux activités les plus spéculatives et les plus nuisibles, comme les transactions à haute fréquence passées à la milliseconde par ordinateur. De plus, la moitié des revenus de la taxe française va aider les pays les plus vulnérables à sortir de la pauvreté et à lutter contre les conséquences du changement climatique.

Ce n'est pas assez  : il faut aller plus loin !

Au printemps 2014, 10 pays européens s’engagent avec la France pour définir une taxe sur les transactions financières européennes qui doit voir le jour en 2017. Forts de nos victoires au niveau français, nous redoublons d'énergie pour agir au niveau européen. En effet, une taxe européenne pourrait rapporter jusqu'à 34 milliards d’euros. Et 34 milliards d'euros par an, c'est 80% du montant annuel qu'il faudrait pour mettre fin à la faim d'ici à 2025.

 

Pour la taxe, tous les moyens sont bons

En amont, préparation de la campagne d’action,

avec une phase de construction de l’expertise et des recommandations.


Année 2011 - un soutien planétaire : actions pour demander la taxe à travers le monde, ici à Rome

Novembre 2011 - une pétition avec 500 000 signatures remise à Nicolas Sarkozy pour qu'il soutienne la taxe au niveau français, européen et international.

Année 2011 -  nombreuses interviews de nos experts :
fort intérêt des médias pour le sujet.

Novembre 2011 - actions de rue en parallèle du sommet du G20 pour attirer l'attention des médias et des décideurs politiques.

Deuxième temps d’action en 2014


Février – Juin 2014 : une pression européenne pour obtenir le lancement d’une taxe européenne au service des populations

Les groupes locaux sensibilisent les passants et leur font signer la pétition !