Les jeunes Sahraouis se battent pour leurs droits à travers l’association NOVA

Sahara Occidental : notre partenaire NOVA
Sahara Occidental : notre partenaire NOVA
29/09/2015

Les jeunes sahraouis ont créé l'association NOVA  en vue de défendre les droits de leur peuple.

Abida a 28 ans. Il y a 3 ans, elle a fondé avec une poignée d'amis le groupe de jeunes "NOVA". 40 ans après le début du conflit sahraoui, une nouvelle génération de jeunes sahraouis n'a connu que la condition de réfugié, une vie en exil et des rêves sans lendemain. Une jeunesse pourtant éduquée et ouverte sur le monde. L'absence de perspectives sociales, économiques et professionnelles nourrit jour après jour des sentiments de colère et d'injustice. 

Elue présidente de NOVA en 2014, Abida voit dans cette frustration "un cancer qui ronge progressivement notre société". Une frustration qui s'est démultipliée ces dernières années selon elle. Cette colère se matérialise notamment dans l'apparition de phénomènes sociaux jusqu'alors inconnus : hausse de la petite délinquance, contrebande, apparition – encore marginale – du haschich et des débits clandestins d'alcool. La frustration se perçoit également dans les discours qui, en privé comme en public, se font plus véhéments. Abida est très claire : "Aujourd'hui, une immense majorité des jeunes considère la voie des armes comme étant la meilleure manière de faire respecter notre droit à l'autodétermination".

NOVA tente de redonner une dimension "active" à la non-violence au sein de la jeunesse. L'association travaille ainsi avec les institutions sahraouies liées à la jeunesse, que cela soit au niveau de l'éducation (parents d'élèves, professeurs) ou de la défense (armée, gendarmerie). NOVA travaille également directement avec les jeunes, en organisant des ateliers, des tables-rondes et des séances de sensibilisation.

Début mars 2015, Abida a fait partie d'une délégation partie à New-York pour rencontrer entre autres les membres du Conseil de Sécurité des Nations unies. Durant ces réunions, Abida a notamment mis en avant la perspective humaine de cette crise oubliée, donnant plus de détails sur le quotidien des réfugiés qui vivent dans le désert Algérien. Abida a particulièrement mis en garde ses interlocuteurs contre le cocktail explosif que représente une jeunesse frustrée, dont la confiance dans le processus de paix onusien est aujourd'hui infime. Selon elle, les jeunes ont perçu la dernière résolution onusienne comme un nouveau "mensonge d'avril" qui n'a apporté aucun progrès. NOVA dit ainsi craindre l'imminence d'un "phénomène de violence incontrôlé".

Mots clés: