Oxfam en action face aux crises alimentaires au Tchad

13/07/2015

Au Tchad, près d'un enfant de moins de 5 ans sur cinq souffre de malnutrition. Malgré ses importantes ressources naturelles, le pays reste l'un des pays les moins avancés du monde. Oxfam, avec l'appui financier de l'Ambassade de France, a mis en place un programme visant à aider les familles les plus vulnérables de la région de Bahr el Gazal, dans le centre du pays.

Dans cette zone traditionnellement pastorale, la production céréalière est structurellement déficitaire. Confrontées notamment aux conséquences du changement climatique, les populations sont de plus en plus exposées aux crises alimentaires. Au cours des cinq dernières années, la région a connu trois chocs alimentaires aigus.

Entre 2014 et 2015, dans le cadre d'un programme alimentaire, Oxfam est venu en aide à 2 555 familles vulnérables de 127 villages. Au cœur du dispositif, les foyers les plus affectés par les crises alimentaires : les familles avec des enfants de moins de 2 ans et/ou des femmes enceintes ou allaitantes.

Chaque famille a reçu 36 000 francs CFA (55 euros), pour l'aider à faire face à ses besoins alimentaires. « Je dispose d'un revenu de 2 500 francs CFA. Aujourd'hui, grâce à la somme reçue, notre situation est meilleure. Nous avons pu mieux nous nourrir que d'habitude à la même période » explique Ata Cherey Mahamat Saleh, mère de 5 enfants et veuve. La période de soudure (quand la récolte de l'année précédente est déjà consommée mais que la nouvelle récolte n'est pas encore arrivée), est toujours une période difficile, en termes d'alimentation, pour les ménages vulnérables.

Au cours de ce programme alimentaire et nutritionnel, 4 313 enfants de moins de 2 ans ont également été examinés, pour dépister les signes de malnutrition : 158 ont été déclarés en malnutrition modérée et 51 en situation de malnutrition sévère. Tous ont été redirigés vers les centres de santé les plus proches, pour une prise en charge appropriée.

Ce programme a été l'occasion de sensibiliser les familles à des pratiques nutritionnelles et d'hygiène essentielles, comme la consommation d’aliments à forte valeur nutritive, la diversification alimentaire, les causes et conséquences de la malnutrition, le transport et la conservation de l’eau le lavage des mains, l’utilisation des latrines…

A l'issue du programme, des renseignements et recommandations ont pu être tirés. Parmi eux, le temps à consacrer en amont au ciblage des ménages affectés, la bonne identification des prestataires afin de respecter les plannings de distribution mais aussi, le temps adequat à dédier à la sensibilisation et l'importance de se concentrer sur la mise en pratique des connaissances.