Aide publique au développement : un virage tardif et insuffisant

28/09/2016

Le Projet de Loi de finances 2017 présenté aujourd'hui en Conseil des ministres annonce une enveloppe budgétaire pour la mission Aide au développement (APD) de 2,62 milliards.

Sandra Lhote-Fernandes, porte-parole d’Oxfam France, réagit :
 
« Il est encourageant de voir une inversion de la courbe, avec une augmentation d'environ 5 % de la part du budget alloué à l’aide publique au développement (APD) en 2017 par rapport à l’année dernière.
 
Malgré ce timide changement de tendance, le quinquennat de François Hollande restera marqué par une amputation de 20 % des crédits budgétaires de la mission APD, soit près de 700 millions d’euros en moins pour lutter contre le changement climatique, contribuer à l’éradication de la pauvreté et de la faim, et favoriser l’accès à la santé et à l’éducation pour tous. »
 
L’année dernière, à la tribune de l’ONU, au moment du lancement des Objectifs de développement durable (ODD), feuille de route ambitieuse pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, le président François Hollande avait pourtant réaffirmé son engagement en faveur de la solidarité internationale et fait des annonces ambitieuses [1].
 
« A quelques mois de la fin de son mandat, François Hollande doit enfin concrétiser ses discours en faveur du développement et du climat dans les pays pauvres. Cela passe par une augmentation, dès maintenant, de 10 % les crédits budgétaires alloués à l’APD en 2017.
 
Mais il faudra également mobiliser des fonds additionnels pour la solidarité internationale, en élargissant dès cette année la taxe sur les transactions financières aux opérations les plus spéculatives, ce qui permettrait de dégager de 2 à 4 milliards de recettes supplémentaires. »

Contacts

Sarah Roussel
sroussel@oxfamfrance.org
06 51 15 54 38
Twitter : @Sarah_Roussel

 

Mots clés: 
PLFAPD