Partenariat mondial pour l’éducation : encore une belle promesse présidentielle… mais dépourvue de moyens concrets !

02/02/2018

A l'occasion de la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l'éducation (PME), co-présidée par la France aujourd'hui à Dakar, Emmanuel Macron s'est engagé à porter la contribution française à 200 millions d'euros entre 2018 et 2020 et d'allouer 100 millions d'euros supplémentaires en faveur de l'accès à l'éducation via l'Agence française de Développement. Oxfam France salue cet engagement du Président de la République qui représente une nette augmentation par rapport à la période 2014-2017 durant laquelle la contribution française au Partenariat ne dépassait pas 17 millions d'euros.

Oxfam France alerte néanmoins sur le décalage entre ce nouvel engagement du Président de la République et les tergiversations de son propre Gouvernement à publier une trajectoire budgétaire crédible pour allouer 0,55% du revenu national à l'aide internationale d'ici 2022 (contre 0,38% actuellement), promesse phare de campagne d'Emmanuel Macron. Alors que doit se tenir le 8 février prochain le premier Comité Interministériel de la Coopération Internationale et du Développement (CICID) du quinquennat, Oxfam France attend de pied ferme la publication d'une stratégie budgétaire année par année pour faire passer l'aide au développement de 8,6 milliards d'euros actuellement à 15 milliards d'euros en 2022, et enfin atteindre l'objectif de 0,7% du RNB d'ici à 2025.

Michael Siegel, porte-parole d'Oxfam France sur l'aide au développement réagit : « Alors que 32,5 millions d'enfants ne sont toujours pas scolarisés en Afrique sub-saharienne, l'engagement du Président Macron en faveur de l'éducation était indispensable. Mais pour que sa parole soit crédible, le Gouvernement devra annoncer la semaine prochaine un plan concret pour augmenter le financement de la solidarité internationale, en allouant 0,55% du revenu national à l'aide au développement d'ici 2022. Sans quoi, le financement de l'éducation se fera aux dépens de celui de la lutte contre le changement climatique ou d'autres services essentiels comme la santé des populations les plus pauvres, ou la lutte contre la faim ».

Afin que le Président Macron tienne cet engagement, Oxfam France appelle notamment le Gouvernement à renforcer la taxe sur les transactions financières au service de la solidarité internationale en augmentant son taux de 0,3% à 0,5% et en affectant l'intégralité de ses revenus à l'aide au développement. Ces mesures mobiliseraient 2,5 milliards d'euros supplémentaires, ce qui permettrait par exemple à près de 4 millions d'enfants d'aller à l'école.

Contacts

Pauline Leclère 07 69 17 49 63 pleclere@oxfamfrance.org