COP 23 : Les « pertes et dommages » sous perfusion

14/11/2017

Les communautés touchées par les catastrophes climatiques vont devoir encore attendre pour obtenir de l’aide. Les négociations à la COP23 n’ont pas permis de réelles avancées sur le financement des « pertes et dommages ».

Pour Armelle Le Comte, responsable du plaidoyer climat pour Oxfam France, présente à la COP23 : « Il est désespérant de se retrouver une nouvelle fois dans une situation de déni de responsabilité de la part des pays développés qui refusent de discuter sérieusement des financements nécessaires pour aider les communautés en première ligne du changement climatique.

La proposition actuelle est complètement inappropriée. Il faut un processus légitime pour explorer des pistes de financements pour les pertes et dommages, pas une simple et unique session de travail. Les ministres ont trois jours à peine pour montrer leur solidarité avec celles et ceux qui souffrent des impacts du changement climatique.

Les possibilités sont nombreuses pour financer les pertes et dommages afin d’être cohérent avec les enjeux climatiques : les gouvernements peuvent taxer l’extraction des énergies fossiles, le commerce maritime international… Aujourd’hui, les pays développés ne souhaitent même pas discuter de ces propositions, ce qui nuit à la confiance entre les pays, et empêche tout réel progrès. »

Contacts

Laurent Ciarabelli
Responsable de la campagne Agriculture et Climat d’Oxfam France
06 51 15 54 38 -  lciarabelli@oxfamfrance.org  @CrbLaurent

Notes aux rédactions

Une délégation Oxfam est présente pour couvrir la COP23 à Bonn et suit les différents aspects des négociations. Cette délégation est disponible pour des interviews.