Les querelles internes façonnent la politique migratoire européenne

29/06/2018

Les dirigeants européens réunis lors d’un sommet à Bruxelles ont été incapables de s’entendre sur des réformes du système d’asile européen. Ils ont plutôt essayé de résoudre leurs querelles internes en réduisant encore davantage l’espace pour les demandeurs d’asile, et ont cherché à se décharger de leurs responsabilités sur des pays en dehors de l’UE.

Pour Oxfam, les accords européens sur la migration sont bienvenus, mais ils ne devraient pas avoir d’impact négatif sur les vies des réfugiés et des migrants. Selon Claire Le Privé, responsable de campagne humanitaire à Oxfam France :

“les plans des dirigeants européens en matière de migration auraient dû s’attaquer aux failles du système d‘asile actuel, et fournir une réponse humaine et efficace aux migrations, pas seulement répondre à des considérations politiques nationales. Alors que nous avons plus que jamais besoin d’un leadership européen sur les enjeux mondiaux, les chefs d’Etat et de gouvernement européens continuent de se décharger de leurs responsabilités sur des pays pauvres en dehors de l’Europe. Ils se sont également mis d’accord pour créer en pratique encore davantage de centres de rétention, une mesure qui a pourtant échoué de manière flagrante dans les soi-disant „hot-spots“ de Grèce et d’Italie. Cette approche de la migration est vouée à l’échec, et menace directement les droits des femmes, hommes et enfants en déplacement. Un système d’asile efficace et des migrations bien gérées vont bien au-delà des „plate-formes de débarquement“, et constituent des éléments essentiels de la culture et de l’économie européennes. Les dirigeants européens doivent oeuvrer à un accord qui améliorera les vies de tout le monde en Europe, qu’ils soient citoyens, réfugiés ou nouveaux arrivants. La politique européenne ne devrait pas être dictée par des jeux politiques entre Etats membres au détriment de ceux qui sont dans le besoin.“

 

Contacts

Caroline Prak
cprak@oxfamfrance.org
06 31 25 94 74 / Twitter : @carolineprak