Dès les prochaines semaines, le nouveau gouvernement a rendez-vous avec la solidarité internationale

17/05/2017

Alors que d'importantes échéances et rendez-vous internationaux se profilent dès les prochains jours, Oxfam France appelle le nouveau gouvernement à se saisir d'urgence des enjeux de solidarité internationale et, sur de nombreux points, à aller au-delà des engagements pris par Emmanuel Macron pendant la campagne.

La nomination de Nicolas Hulot à d'importantes responsabilités peut constituer un acte politique important, à condition que celui-ci arrive à peser dans les arbitrages, notamment avec Bercy. Oxfam s'inquiète par contre de l'absence d'un poste dédié au développement et à la solidarité internationale au sein de ce nouveau gouvernement.

Taxe sur les transactions financières (TTF)

Un accord sur la TTF européenne est possible dès l'été prochain. Un compromis, initié notamment par la France, est sur la table : il permettrait de réguler la finance et dégager 22 milliards d'euros par an. Huit pays sur dix le soutiennent : seules la Belgique et la Slovénie doivent rendre leur décision le 22 mai prochain. Or, Emmanuel Macron a indiqué vouloir revenir sur la position de la France et considère que les négociations autour du Brexit pourraient enterrer la TTF européenne, comme le souhaite la finance européenne [2].

Pour Nicolas Vercken, Directeur du plaidoyer à Oxfam France : «Parvenir un accord sur la TTF européenne est possible : seule la volonté politique manque. Or, sans la France, elle ne se fera pas : il est essentiel que le Président de la République Emmanuel Macron comme Monsieur Le Maire ne cède pas aux sirènes du secteur financier et confirme son soutien au compromis sur la table dès le prochain ECOFIN du 23 mai. Le nouveau gouvernement ne peut pas rater cette opportunité historique de fédérer les autres Etats membres autour d'un projet européen au service de la solidarité, dont la France a été moteur tant sous Nicolas Sarkozy que sous François Hollande ».

« La nomination de Nicolas Hulot au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire est potentiellement une bonne nouvelle pour protéger le climat et lutter contre les inégalités. Espérons qu'il démontre sa capacité à peser effectivement au sein de ce gouvernement dès les prochains jours, afin que la France s'engage pour l'aboutissement de la Taxe sur les transactions financières européenne, un dossier sur lequel Nicolas Hulot s'est historiquement engagé [1]", ajoute Nicolas Vercken.

Lutte contre le changement climatique

En matière de lutte contre le changement climatique, le nouveau ministre Nicolas Hulot aura, plus que jamais au vu du contexte international, la responsabilité de défendre l'Accord de Paris dans toutes les instances internationales, et en premier lieu lors du prochain G7.

Pour Nicolas Vercken, « La France se devra d'être exemplaire en matière de transition énergétique, à travers la mise en place d'une feuille de route ambitieuse pour atteindre l'objectif de 100% d'énergies renouvelables d'ici 2050. Cela passe nécessairement par la fermeture immédiate des centrales à charbon d'EDF et Engie en France et dans le monde, et par un engagement ambitieux en matière de financements de l'adaptation des populations vulnérables aux changements climatiques, enjeu auquel le programme d'Emmanuel Macron ne fait aucune référence ».

Justice fiscale

Alors que les scandales d'évasion fiscale ne cessent de se succéder, il est urgent que la France et les Etats membres de l'UE prennent des mesures concrètes pour mettre un terme aux paradis fiscaux.

« Le ministre de l'économie Bruno Le Maire devra relever ce défi et traduire en actes concrets les engagements d'Emmanuel Macron auprès d'Oxfam et ses partenaires, en soutenant au niveau européen l'obligation d'un reporting public tous pays pour les multinationales, ainsi qu'une définition ambitieuse des paradis fiscaux », ajoute Nicolas Vercken.

Sécurité alimentaire

En 2017, 20 millions de personnes risquent de mourir de faim en raison des famines déclarées au Soudan du Sud, au Nigéria, au Yemen et en Somalie. « La France, en dépit de sa relation historique avec le continent africain, est un bailleur de fonds humanitaire des plus pingres, et même l'un des pires du G7. Dès le G7 de Taormine, le gouvernement devra annoncer des financements supplémentaires d'au moins 130 millions d'euros pour faire face à cette crise sans précédent. »

« L'absence d'un secrétariat d'Etat dédié au développement est un signal inquiétant : nous attendons de Jean-Yves Le Drian, et des autres membres du gouvernement concernés par les questions de solidarité internationale, qu'ils mettent ce sujet au cœur de leur action », souligne Nicolas Vercken.

Sur le long terme, pour garantir la sécurité alimentaire dans les pays du Sud, la France devra apporter son soutien aux agricultures paysannes et l'agroécologie, seules à même d'assurer le droit à l'alimentation des populations actuelles et des générations futures, et s'opposer à toute initiative qui favorise l'agrobusiness, comme la Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition (NASAN) ou l'Alliance Globale pour une Agriculture Intelligente face au Climat (GACSA).

Contacts

Eleonora Trementozzi : 07.69.17.49.63 - 01.85.34.17.66 - etrementozzi@oxfamfrance.org

Notes aux rédactions

[1] http://www.liberation.fr/debats/2016/05/16/taxation-financiere-la-france-doit-se-battre_1453021

[2] Emmanuel Macron conditionne l'instauration d'une TTF européenne au règlement du statut de la Grande Bretagne vis-à-vis du marché unique européen. Voir réaction d'Oxfam France à l'entretien d'Emmanuel Macron dans le journal Libération, le 24 Mars 2017: http://www.liberation.fr/direct/element/taxe-sur-les-transactions-financieres-pour-les-ong-macron-dit-tout-et-son-contraire_60510/