Déracinés par le changement climatique

Tiiria, 11 ans, marche en équilibre sur un cocotier tombé à terre à proximité de la maison de sa famille dans le village de Teaoraereke, Tarawa-Sud, Kiribati.
02/11/2017

Dans son rapport « Déracinés par le changement climatique »,Oxfam démontre l’extrême inégalité du changement climatique qui touche plus durement les populations les plus pauvres, celles dont les émissions de gaz à effet de serre sont à peine mesurables. Selon Oxfam, les populations vivant dans des pays à revenu faible et à revenu intermédiaire sont en moyenne cinq fois plus susceptibles d'être déplacées à cause de catastrophes climatiques extrêmes et soudaines (comme les tempêtes ou les inondations) que les habitants de pays à revenu élevé. Ainsi, entre 2008 et 2016, 14 millions de personnes ont été déplacées dans les pays à revenu faible et intermédiaire contre seulement 1 million dans les pays riches.

En 2016, 23,5 millions de personnes ont été déplacées à cause de conditions climatiques extrêmes. Ce total est certainement sous-estimé car il ne tient pas compte des catastrophes « lentes » comme les sécheresses ou la montée du niveau de la mer.

Oxfam appelle les dirigeants des pays les plus riches à :

  • Financer l'atténuation et l'adaptation au changement climatique : il reste beaucoup de chemin à parcourir pour les pays riches pour atteindre les objectifs financiers inscrits dans l'Accord de Paris. Les pays riches doivent montrer comment ils vont y parvenir.
  • Financer le mécanisme de « Pertes et dommages » : les communautés les plus exposées au réchauffement climatique ne peuvent pas être les seules à réagir. Les pays doivent progresser sur leur manière d’apporter de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin.
  • S’engager sur des réductions plus importantes des émissions de gaz à effet de serre : les pays doivent soutenir le Dialogue de facilitation de 2018 [2] pour qu’il soit un moment crucial pour mieux limiter les émissions et limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius.
  • Afficher un front uni dans ce combat : tout effort de l'administration Trump aux États-Unis pour affaiblir l'Accord de Paris doit être fermement rejeté par toutes les parties.
  • Mettre en place une protection internationale : le Global Compact de l’ONU sur les réfugiés et les migrants, prévus pour l'année prochaine, devrait inclure des mesures de protection pour les personnes forcées à traverser les frontières à cause de catastrophes naturelles et de catastrophes climatiques.