Les 15 pires paradis fiscaux dans le monde

Droit dans le mur : l’impasse de la concurrence fiscale

12/12/2016

Dans une nouvelle étude publiée aujourd’hui et intitulée « La bataille des paradis fiscaux », Oxfam recense les 15 pires paradis fiscaux utilisés par les entreprises à travers le monde pour échapper à l’impôt, parmi lesquels figurent notamment les Bermudes, les Pays-Bas, l’Irlande et le Luxembourg. Le rapport révèle comment ces paradis fiscaux alimentent un nivellement par le bas de l’impôt sur les sociétés au niveau mondial, qui prive les États de milliards de dollars essentiels pour combattre la pauvreté et les inégalités.

Les recettes fiscales sont l'un des principaux outils à disposition des États pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Toutefois, es paradis fiscaux aident les grandes entreprises à soustraire aux États des milliards de dollars par an et soutiennent un système économique dangereusement inégalitaire, qui empêche de mettre fin à la pauvreté et aux inégalités. 

Le rapport d’Oxfam montre que ces pires paradis fiscaux ne sont qu’une partie du problème. Les pays du monde entier sont engagés dans une dangereuse course à la concurrence fiscale, en réduisant la facture fiscale des entreprises afin d’attirer des investissements sur leur territoire. Et en parallèle, le recours à des incitations fiscales inutiles est en pleine explosion, notamment dans les pays en développement.

Pour faire face au manque à gagner du à la baisse de l'imposition des sociétés, les Etats doivent équilibrer leur budget en réduisant les dépenses publiques et les services essentiels, ou en angmentant d’autres impôts qui, comme la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), frappent de manière disproportionnée les ménages pauvres. Ceux qui paient le prix le plus élevé de cette concurrence irresponsable sont donc les citoyens, en particulier les plus pauvres, avec l’augmentation des impôts sur le revenu des particuliers et la réduction de services essentiels. 

Oxfam appelle les Etats à collaborer pour mettre fin à cette course folle à la concurrence fiscale et s’assurer que les entreprises payent leur juste part d’impôts.

Ce communiqué a été produit avec le soutien financier de la Commission européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité d'Oxfam France et ne reflète pas nécessairement les positions de la Commission européenne et de ses services.